L’être humain pourrait engranger une somme de données 10 fois plus importante qu’on le pensait jusqu’alors. Cette spécificité due à nos synapses pourrait d’ailleurs aider les informaticiens à concevoir des ordinateurs encore plus puissants.