La brouille diplomatique entre Paris et Libreville a été évitée de peu. Manuel Valls a présenté des excuses au président gabonais, Ali Bongo, concernant ses propos sur son élection. L’opposition gabonaise fait fi de cet exercice de contrition.