Les autorités britanniques ont donné leur accord pour que des scientifiques de l’Institut Francis Crick, de Londres, puissent modifier l’ADN d’embryons humains. De quoi relancer le débat sur la bioéthique, même si les chercheurs n’auront pas le droit de réimplanter les embryons dans un utérus.