La controverse sur l’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés Français a fait passer au second plan la réforme pénale et l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution qui concerneraient, elles, tous les Français.