Le Premier ministre, appelant à “l’unité” face à la menace terroriste, a tenté vendredi de convaincre les députés d’inscrire les épineuses questions de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité dans la Constitution.