La justice jordanienne a rejeté l’extradition vers la France de deux suspects installés en Jordanie, dont le cerveau présumé de l’attentat de la rue des Rosiers, à Paris, qui avait fait six morts en 1982.