L’Assemblée nationale a adopté, mercredi, le projet de révision constitutionnelle controversé qui inscrit dans la loi fondamentale le régime de l’état d’urgence et la déchéance de nationalité pour les criminels et les terroristes.