Afin d’éviter toute controverse, l’ancien chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a annoncé lundi qu’il renonçait à la présidence de la COP 21, qu’il espérait à l’origine cumuler avec celle du Conseil constitutionnel.