En visite à Munich ce week-end, le Premier ministre a joué la carte de la fermeté en indiquant que la France ne pourra “pas accueillir plus de réfugiés” que prévu – soit 30 000 sur deux ans. Des propos qui ont suscité l’indignation des associations.