Le Conseil constitutionnel a validé, vendredi, les interdictions de réunion et les perquisitions administratives prévues par l’état d’urgence, mais censuré la disposition permettant de copier des données informatiques sur les lieux perquisitionnés.