L’arrêté d’expulsion des migrants qui sont installés dans la partie sud de la “jungle” de Calais a été validé jeudi par le tribunal administratif de Lille. Elle concerne un millier de personnes, selon l’État, 3 000, selon les ONG, scandalisées.