Un sondage réalisé pour l’association Mémoire traumatique et victimologie publié ce mercredi révèle que les idées fausses sur le viol sont encore très répandues chez les Français. Ils ont tendance à responsabiliser la victime plutôt que le violeur.