Le syndrome du cœur brisé, provoqué par un choc émotionnel intense, n’est pas toujours lié à un évènement triste : dans 4 % des cas, la cause serait une grande joie. Toutefois, dans l’étude parvenant à cette conclusion, aucun des « cœurs heureux » n’est décédé.