Près d’un an après la catastrophe de Germanwings, l’aviation civile française a publié son rapport final. Le BEA explique que le pilote Andreas Lubitz avait commencé à montrer des symptômes suggérant un épisode dépressif psychotique en décembre 2014.