Selon une étude danoise, sur 29 filtres solaires autorisés en Europe et aux États-Unis, 13 perturberaient la mobilité des spermatozoïdes. En cause : ces produits, qui passent sous la peau, miment l’action de la progestérone, une hormone sexuelle féminine. Le niveau de toxicité reste inconnu mais…