De nombreuses espèces rares jouent un rôle écologique unique, et sont, de ce fait, irremplaçables, même dans les écosystèmes les plus diversifiés de la planète. C’est ce que vient de montrer une équipe internationale menée par des chercheurs du CNRS, de l’Université Montpellier 2, de l’INRA, de l’EPHE et de l’IRD. À partir de données issues de trois écosystèmes très différents (récifs coralliens, prairies alpines et forêts tropicales)…