Dans un jugement rendu en décembre 2015, le conseil de prud’hommes de Paris a estimé que traiter un coiffeur de “pédé” n’avait rien d’homophobe. Les associations de défense des droits homosexuels montent au créneau.