En visite d’État au Japon, le président français a fait un lapsus en présentant ses condoléances “au peuple chinois” pour les victimes de la prise d’otages d’In Amenas qui avait coûté la vie… à dix Japonais. L’Élysée plaide la fatigue.