Deux gènes pourraient expliquer que certaines femmes ont plus de chances que d’autres d’avoir des jumeaux dizygotes, ou « faux jumeaux ». L’un augmenterait les taux d’hormone FSH et l’autre favoriserait la réponse des ovaires aux hormones.