Près de trois semaines après que François Hollande a affirmé à tort que l’imam de Brest était inquiété par la justice française, le quotidien breton Le Télégramme révèle qu’une enquête préliminaire a finalement été ouverte.