Alors que s’ouvre, mardi, à Paris, le procès de Tito Barahira et Octavien Ngenzi, ex-maires rwandais accusés d’avoir participé au génocide de 1994, les rescapés de Kabarondo affirment que ces derniers sont responsables du massacre des Tutsis.