Alors que l’enquête sur l’assassinat des sept moines trappistes enlevés en mars 1996 piétine, leurs proches réclament une fois de plus l’intervention du président français François Hollande afin de “lever les entraves” à l’enquête en Algérie.