Au lendemain de la publication d’un communiqué d’Aqmi affirmant que les Français détenus depuis 1 000 jours au Sahel étaient “vivants”, François Hollande a affirmé que Paris cherchait à établir “des contacts” pour leur libération.