Les projets de loi soumis à l’Assemblée nationale après l’affaire Jérôme Cahuzac pour améliorer la transparence de la vie politique ont été adoptés en première lecture par une majorité de 326 pour, dont six députés UMP.