Après la mort de Clément Méric, le gouvernement avait lancé une procédure de dissolution contre les groupuscule d’extrême droite Troisième voie et les Jeunesses nationalistes révolutionnaires. Mais leur leader Serge Ayoub a pris les devants.