Censée être une mesure exceptionnelle, la vidéosurveillance continue des cellules pourrait être appliquée à d’autres détenus que Salah Abdeslam. Cette décision pose de sérieuses questions éthiques pour les défenseurs des droits des prisonniers.