Bernard Tapie, mis en examen pour escroquerie en bande organisée dans l’affaire de l’arbitrage dont il a bénéficié face au Crédit Lyonnais, a déclaré lundi soir sur France 2 qu’à travers lui, c’est Nicolas Sarkozy qui était visé.