Dans un discours devant l’Assemblée constituante tunisienne ce vendredi, le président François Hollande a reconnu les blessures de la relation entre les deux pays, celles notamment dues au soutien tardif de Paris durant la révolution.