3D Robotics

RobotShop a récemment conclu un partenariat avec 3D Robotics/ DIY Drones, un fabricant de drones en sources libres fondé en 2009 par Chris Anderson et Jordi Munoz. La popularité de 3D robotics est due à trois raisons majeures :

  1. Leurs logiciels et contrôleurs de vol de drones ont été développés avec la communauté et ont évolué au point de devenir incroyablement populaires et faciles à utiliser/intégrer.
  2. Ils disposent d’une grande communauté active d’utilisateurs qui aide les membres à dépanner, concevoir et améliorer les produits. Les informations disponibles via leur site sont quasi essentielles si vous cherchez à construire un drone.
  3. Leurs produits sont en source libre, ce qui signifie que n’importe qui peut reproduire lui-même les produits, tant qu’il n’en réutilise pas le nom et reste dans les paramètres de la « licence de source libre ».

La gamme de produits qu’ils offrent actuellement inclut presque tout ce dont vous avez besoin pour débuter : des cadres de base et du câblage aux moteurs, pilotes automatiques et capteurs.

Système de pilotage automatique de drone
Cadre de quadrirotor

Bien que 3D Robotics s’oriente actuellement vers les avions autonomes, il est facile de voir que la technologie utilisée peut être adaptée aux robots terrestres et aquatiques. La création d’un drone multi ou quadrirotor, même en utilisant ces appareils électroniques, n’est toujours pas un jeu d’enfant, mais en fournissant toutes les informations utiles à la création des outils et du matériel nécessaires, 3D Robotics a considérablement abaissé le niveau d’accès, et l’intérêt pour les drones a grimpé en flèche au cours des dernières années.

Le mouvement des « Makers » (constructeurs)

Une des plus grandes réalisations de Chris Anderson, en ce qui concerne le développement de nouveaux produits, a été le « mouvement des makers », et le moteur que cela a constitué pour que les gens disposent des outils et des informations nécessaires pour créer leurs propres produits (qu’il s’agisse d’un prototype, d’une petite production, voire même de pousser jusqu’à une production de masse). Cette volonté que les gens disposent de la possibilité de créer et de collaborer, grâce à l’accès à des informations ou des outils, deviendra bientôt l’un des principaux moteurs économiques en Amérique du Nord et dans d’autres parties du monde.

Collaboration

Arduino a été l’une des premières forces majeures à pousser le concept de « source libre » qui a permis à des dizaines d’entreprises et des millions de personnes de se lancer dans l’électronique et la robotique. De même, les imprimantes 3D en source libre (ainsi que les logiciels) ont permis aux gens de créer très facilement des produits physiques durables.

Imprimante 3D Replicator 2 de MakerBot

Comme Chris l’indique dans son dernier livre, « Makers : The New Industrial Revolution" » (Les constructeurs : la nouvelle révolution industrielle), l’approche générale de la création de produits a évolué rapidement depuis les « jours anciens » où seules les grandes entreprises pouvaient développer de nouveaux produits à ceux où toute personne a la possibilité de concevoir, développer, créer et vendre ses créations dans le monde entier. Les outils nécessaires au développement d’un produit sont de plus en plus abordables et conviviaux, au point qu’il est concevable d’avoir un système complet de micro-fabrication dans votre sous-sol ou votre garage capable de produire presque n’importe quel produit. L’un des facteurs qui y contribue le plus est la facilité d’accès à l’information et la volonté de « partager » et d’améliorer ;

Aujourd’hui, les inventeurs partagent de plus en plus leurs innovations avec le public sans aucun brevet

[…] car les créateurs pensent qu’ils obtiennent plus en retour que ce qu’ils donnent : une aide gratuite dans le développement de leurs inventions.

– Extrait de « Makers : The New Industrial Revolution » de Chris Anderson

Avant de développer son propre logiciel pour ses imprimantes 3D, une grande partie de la communauté des utilisateurs a utilisé des programmes en source libre tels que ReplicatorG, qui reste toujours très populaire et est compatible avec un grand nombre d’imprimantes 3D. Bon nombre de modèles d’imprimantes 3D sont également en source libre, ce qui encourage la communauté à essayer d’en améliorer la conception. Des logiciels tels que LinuxCNC ont permis à Sherline de concevoir plus facilement des machines CNC de table. Des logiciels tels que « Arduino » n’ont pas seulement rendu les microcontrôleurs Arduino populaires, mais ont permis à d’autres de créer du matériel sans la nécessité d’investir dans le développement de leurs propres programmes. Et ce n’est que le début.

Cette approche de « partage de l’information » est au cœur des entreprises comme Arduino (électronique), MakerBot (pièces et imprimantes 3D) et DIY Drones (drones), qui ont toutes été des éléments importants dans l’amélioration et la promotion de leurs domaines respectifs. Ne soyez pas surpris de voir moins de « grands joueurs » et plus de « petits joueurs » s’impliquer (et souvent faire avancer) encore plus pour accéder aux marchés

Avez-vous constaté cette tendance ? Quelles sont vos réflexions sur les logiciels et matériels en source libre ? Aimeriez-vous partager l’expérience que vous avez acquise dans la création d’un nouveau produit en l’ouvrant aux autres, et appréciez-vous quand un constructeur rend ses conceptions disponibles en source libre ? Nous attendons vos commentaires ci-dessous.