Les députés français ont définitivement adopté le texte de loi autorisant, sous certaines conditions, la recherche sur l’embryon et les cellules souches, soutenu par le gouvernement.