Une décision de justice, rendue à Nantes lundi, oblige un couple de lesbiennes à reconnaître les droits de visite et d’hébergement du père de leur enfant : un “simple géniteur” au départ, qui a finalement changé d’avis.