En déclarant le 19 août que la poussée démographique devrait conduire à “repenser notre politique migratoire”, Manuel Valls s’est attiré les foudres des ministres après un été déjà marqué par plusieurs incidents diplomatiques au sein du gouvernement.