L’écriture inclusive est censée permettre d’abolir les stéréotypes sexistes d’après ses promoteurs, notamment parmi les féministes. Mais le projet divise. Déjà banni des textes officiels en France, le français inclusif devrait aussi rester à la porte de l’École selon Jean-Michel Blanquer dans un entretien au Journal du Dimanche. L’écriture inclusive symbolise-t-elle une politisation du langage au mépris de la pédagogie ?Ou bien le français est-il une langue sexiste ?