Des ateliers de généalogie animés par une association de mémorielle antillaise ont permis à plus de 500 Français de connaître les noms et de retracer l’histoire de leurs ancêtres esclaves. Une quête personnelle, mais aussi une manière de rendre hommage aux victimes de la traite négrière.