L’appétit grandissant des Français pour la livraison à domicile n’a pas attendu les confinements. Mais depuis la pandémie, ce secteur a explosé, au point de voir de nouveaux acteurs émerger : les “dark kitchen” ou “cuisines fantômes”, qui ne font que de la livraison. Elles ne servent pas à table, n’accueillent pas de clients physiques, et produisent des plats bon marché, destinés à être préparés, emballés et livrés le plus rapidement possible. De quoi inquiéter les restaurateurs traditionnels, fortement impactés par la crise sanitaire, qui dénoncent une forme d'”Amazonification” de la restauration.