L’être humain serait doté d’une capacité innée à distinguer les formes géométriques régulières, signant sa singularité face aux autres primates, incapables d’apprendre ce langage.