Une équipe de l’université de Stanford a développé une interface cerveau-ordinateur (BCI) qui permet de rétablir la communication avec les personnes qui ne peuvent plus bouger ni parler, en utilisant les circuits cérébraux dédiés à l’écriture manuscrite.