Les ataxies spinocérébelleuses forment un groupe de maladies neurodégénératives toutes dues au même type d’anomalie génétique, mais au niveau de gènes différents. Grâce au développement d’un nouveau modèle animal et à l’analyse de données publiées, des chercheurs viennent de montrer que ces différentes pathologies présentent en réalité des mécanismes communs, qui pourraient être ciblés par une même thérapie.

QuiTuSais
lun 10 mai 2021 – 16:24