Une nouvelle étude épidémiologique montre qu’un tiers de notre alimentation est composé d’aliments ultra-transformés. Et que la consommation élevée de ce type d’aliments est associée à un plus faible apport et à une plus faible diversité des protéines alimentaires.