Le procès Bygmalion s’est ouvert jeudi devant le tribunal judiciaire de Paris, en l’absence remarquée de Nicolas Sarkozy, jugé pour les dépenses excessives de sa deuxième campagne présidentielle en 2012.