La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi la responsabilité du certificateur allemand TÜV Rheinland dans l’affaire des prothèses mammaires frauduleuses PIP, ouvrant la voie à une indemnisation des victimes.