Des responsables d’associations caritatives ont constaté depuis le début de la crise sanitaire en France, que de plus en plus de jeunes s’engageaient auprès des plus démunis. Au début de la pandémie, 40 % des bénévoles, souvent âgés et réticents à s’exposer au virus, ne se présentaient plus.