Contrairement à la plupart des vaccins, qui s’avèrent plus efficaces chez les femmes que chez les hommes, les vaccins à ARN comme Pfizer ou Moderna seraient moins opérants chez les sujets de sexe féminin. En cause, les nanoparticules utilisées dans ces vaccins.