L’ensemble de la classe politique a condamné les propos du leader de la France insoumise qui a évoqué, dimanche, l’idée qu’un “grave incident ou un meurtre” soit déjà planifié pour “la dernière semaine de la campagne présidentielle” de 2022 dans le but de “montrer du doigt les musulmans”.