Au procès Bygmalion, devant le tribunal correctionnel de Paris, l’ancien président Nicolas Sarkozy a nié, mardi, toute “intention de fraude” ou toute “négligence” au sujet du “financement illégal” de sa campagne présidentielle de 2012.