Une récente étude vient de paraître dans la revue Cell sur la neurophysiologie de l’éternuement. Les auteurs prétendent avoir découvert une voie neurophysiologique précise de ce phénomène.