L’exécutif, en désaccord avec le Sénat, met “un terme au processus de révision constitutionnelle” sur le climat, a annoncé, mardi, le Premier ministre, Jean Castex. Avec une majorité à droite, le Sénat avait adopté la veille une formulation différente de celle votée par l’Assemblée nationale et soutenue par le gouvernement.