La Cnil, gendarme français des données personnelles, a infligé, mercredi, à l’entreprise agrochimiste Monsanto, filiale du groupe Bayer, une amende administrative de 400 000 euros pour avoir fiché illégalement des personnalités publiques, journalistes et militants dans le but d’influencer le débat public sur l’interdiction du glyphosate.