Une nouvelle étude parue dans la revue Clinical Infectious Disease suggère que les aérosols infectieux contenant des particules de petites tailles seraient majoritairement responsables des contaminations par le SARS-CoV-2.