Une étude menée à Oxford a suivi l’évolution de l’efficacité des vaccins Pfizer et AstraZeneca après la seconde dose. Selon eux, le vaccin à ARNm perd plus vite son potentiel que l’autre.